FRANCESCO DE MAIO

CERAMICA DI VIETRI


facebook
pinterest
instagram
phone

ITALIA

INSCRIVEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

CONTACTEZ-NOUS

FRANCESCO DE MAIO

CERAMICA DI VIETRI

Faïences fabriquées et décorées à la main qui sont l’expression d’un métier ancestral avec des motifs réinterprétant la mémoire historique, mais aussi innovant en fonction des goûts et des nouvelles tendances...

info@francescodemaio.it

Liu Jianhua Monuments

Made in Cloister - Naples


facebook
linkedin
vimeo
pinterest
instagram
messenger
whatsapp
phone
MostraMonumentidiLiuJianhua1

Des monumentales faïences qui se dressent en soutien à une Naples de mille couleurs.


La Céramique Francesco De Maio est fière de soutenir Monuments, l’exposition de Liu Jianhua

organisée par Demetrio Paparoni et réalisée par la Fondation Made in Cloister.

 

Dans le cœur du vieux Naples, dans le quartier populaire de Porta Capuana, à l’intérieur du petit cloître de l’église Santa Caterina a Formiello, important exemple de la Renaissance napolitaine, 23 colonnes de faïences se dressent comme des monuments pour servir de support à des statues qui symbolisent des histoires, des voyages, des vies, des migrants. Des hommes et des femmes qui ont traversé terres et mers et ont franchi les frontières pour tout recommencer dans un endroit qui n’est pas leur maison, plus maintenant, et pas encore.  Liu Jianhua – un des artistes chinois les plus représentatifs de la scène contemporaine – rend hommage à ces personnes et à cette humanité avec Monuments, l’œuvre site specific, organisée par Demetrio Paparoni et réalisée par la Fondation Made in Cloister, dont les fondateurs Rosa Alba Impronta et Davide De Blasio greffent depuis des années, art, culture et tissu social pour donner une nouvelle vie au quartier Porta Capuana. L’exposition qui est ouverte au public du samedi 8 décembre 2018 dans le cloître de Santa Caterina a Formiello, siège de la Fondation, restera ouverte jusqu’au 21 mars 2019.

eyJpdCI6IjIzIHN0cnV0dHVyZSBtb251bWVudGFsaSBhbHRlIGNpcmNhIDIgbWV0cmkgaW4gY2VyYW1pY2EgcGVubmVsbGF0YSBhIG1hbm8gZGFpIG1hZXN0cmkgZGVjb3JhdG9yaSBkZWxsYSBGcmFuY2VzY28gRGUgTWFpbyBuZWxsYSBtb3N0cmEgTW9udW1lbnRpIGRpIExpdSBKaWFuaHVhLCBGb25kYXppb25lIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIsIE5hcG9saS4iLCJlbiI6IjIzIG1vbnVtZW50YWwgc3RydWN0dXJlcyBhYm91dCAyIG1ldGVycyBoaWdoIGhhbmQtcGFpbnRlZCBieSB0aGUgbWFzdGVyIGRlY29yYXRvcnMgb2YgQ2VyYW1pY2EgRnJhbmNlc2NvIERlIE1haW8gYXJlIG9uIGRpc3BsYXkgYXQgdGhlIE1vbnVtZW50aSBleGhpYml0aW9uIGJ5IExpdSBKaWFuaHVhICBmb3IgdGhlIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIgRm91bmRhdGlvbiwgTmFwbGVzLiJ9eyJpdCI6IjIzIHN0cnV0dHVyZSBtb251bWVudGFsaSBhbHRlIGNpcmNhIDIgbWV0cmkgaW4gY2VyYW1pY2EgcGVubmVsbGF0YSBhIG1hbm8gZGFpIG1hZXN0cmkgZGVjb3JhdG9yaSBkZWxsYSBGcmFuY2VzY28gRGUgTWFpbyBuZWxsYSBtb3N0cmEgTW9udW1lbnRpIGRpIExpdSBKaWFuaHVhLCBGb25kYXppb25lIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIsIE5hcG9saS4iLCJlbiI6IjIzIG1vbnVtZW50YWwgc3RydWN0dXJlcyBhYm91dCAyIG1ldGVycyBoaWdoIGhhbmQtcGFpbnRlZCBieSB0aGUgbWFzdGVyIGRlY29yYXRvcnMgb2YgQ2VyYW1pY2EgRnJhbmNlc2NvIERlIE1haW8gYXJlIG9uIGRpc3BsYXkgYXQgdGhlIE1vbnVtZW50aSBleGhpYml0aW9uIGJ5IExpdSBKaWFuaHVhICBmb3IgdGhlIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIgRm91bmRhdGlvbiwgTmFwbGVzLiJ9eyJpdCI6IjIzIHN0cnV0dHVyZSBtb251bWVudGFsaSBhbHRlIGNpcmNhIDIgbWV0cmkgaW4gY2VyYW1pY2EgcGVubmVsbGF0YSBhIG1hbm8gZGFpIG1hZXN0cmkgZGVjb3JhdG9yaSBkZWxsYSBGcmFuY2VzY28gRGUgTWFpbyBuZWxsYSBtb3N0cmEgTW9udW1lbnRpIGRpIExpdSBKaWFuaHVhLCBGb25kYXppb25lIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIsIE5hcG9saS4iLCJlbiI6IjIzIG1vbnVtZW50YWwgc3RydWN0dXJlcyBhYm91dCAyIG1ldGVycyBoaWdoIGhhbmQtcGFpbnRlZCBieSB0aGUgbWFzdGVyIGRlY29yYXRvcnMgb2YgQ2VyYW1pY2EgRnJhbmNlc2NvIERlIE1haW8gYXJlIG9uIGRpc3BsYXkgYXQgdGhlIE1vbnVtZW50aSBleGhpYml0aW9uIGJ5IExpdSBKaWFuaHVhICBmb3IgdGhlIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIgRm91bmRhdGlvbiwgTmFwbGVzLiJ9eyJpdCI6IjIzIHN0cnV0dHVyZSBtb251bWVudGFsaSBhbHRlIGNpcmNhIDIgbWV0cmkgaW4gY2VyYW1pY2EgcGVubmVsbGF0YSBhIG1hbm8gZGFpIG1hZXN0cmkgZGVjb3JhdG9yaSBkZWxsYSBGcmFuY2VzY28gRGUgTWFpbyBuZWxsYSBtb3N0cmEgTW9udW1lbnRpIGRpIExpdSBKaWFuaHVhLCBGb25kYXppb25lIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIsIE5hcG9saS4iLCJlbiI6IjIzIG1vbnVtZW50YWwgc3RydWN0dXJlcyBhYm91dCAyIG1ldGVycyBoaWdoIGhhbmQtcGFpbnRlZCBieSB0aGUgbWFzdGVyIGRlY29yYXRvcnMgb2YgQ2VyYW1pY2EgRnJhbmNlc2NvIERlIE1haW8gYXJlIG9uIGRpc3BsYXkgYXQgdGhlIE1vbnVtZW50aSBleGhpYml0aW9uIGJ5IExpdSBKaWFuaHVhICBmb3IgdGhlIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIgRm91bmRhdGlvbiwgTmFwbGVzLiJ9eyJpdCI6IjIzIHN0cnV0dHVyZSBtb251bWVudGFsaSBhbHRlIGNpcmNhIDIgbWV0cmkgaW4gY2VyYW1pY2EgcGVubmVsbGF0YSBhIG1hbm8gZGFpIG1hZXN0cmkgZGVjb3JhdG9yaSBkZWxsYSBGcmFuY2VzY28gRGUgTWFpbyBuZWxsYSBtb3N0cmEgTW9udW1lbnRpIGRpIExpdSBKaWFuaHVhLCBGb25kYXppb25lIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIsIE5hcG9saS4iLCJlbiI6IjIzIG1vbnVtZW50YWwgc3RydWN0dXJlcyBhYm91dCAyIG1ldGVycyBoaWdoIGhhbmQtcGFpbnRlZCBieSB0aGUgbWFzdGVyIGRlY29yYXRvcnMgb2YgQ2VyYW1pY2EgRnJhbmNlc2NvIERlIE1haW8gYXJlIG9uIGRpc3BsYXkgYXQgdGhlIE1vbnVtZW50aSBleGhpYml0aW9uIGJ5IExpdSBKaWFuaHVhICBmb3IgdGhlIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIgRm91bmRhdGlvbiwgTmFwbGVzLiJ9eyJpdCI6IjIzIHN0cnV0dHVyZSBtb251bWVudGFsaSBhbHRlIGNpcmNhIDIgbWV0cmkgaW4gY2VyYW1pY2EgcGVubmVsbGF0YSBhIG1hbm8gZGFpIG1hZXN0cmkgZGVjb3JhdG9yaSBkZWxsYSBGcmFuY2VzY28gRGUgTWFpbyBuZWxsYSBtb3N0cmEgTW9udW1lbnRpIGRpIExpdSBKaWFuaHVhLCBGb25kYXppb25lIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIsIE5hcG9saS4iLCJlbiI6IjIzIG1vbnVtZW50YWwgc3RydWN0dXJlcyBhYm91dCAyIG1ldGVycyBoaWdoIGhhbmQtcGFpbnRlZCBieSB0aGUgbWFzdGVyIGRlY29yYXRvcnMgb2YgQ2VyYW1pY2EgRnJhbmNlc2NvIERlIE1haW8gYXJlIG9uIGRpc3BsYXkgYXQgdGhlIE1vbnVtZW50aSBleGhpYml0aW9uIGJ5IExpdSBKaWFuaHVhICBmb3IgdGhlIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIgRm91bmRhdGlvbiwgTmFwbGVzLiJ9eyJpdCI6IjIzIHN0cnV0dHVyZSBtb251bWVudGFsaSBhbHRlIGNpcmNhIDIgbWV0cmkgaW4gY2VyYW1pY2EgcGVubmVsbGF0YSBhIG1hbm8gZGFpIG1hZXN0cmkgZGVjb3JhdG9yaSBkZWxsYSBGcmFuY2VzY28gRGUgTWFpbyBuZWxsYSBtb3N0cmEgTW9udW1lbnRpIGRpIExpdSBKaWFuaHVhLCBGb25kYXppb25lIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIsIE5hcG9saS4iLCJlbiI6IjIzIG1vbnVtZW50YWwgc3RydWN0dXJlcyBhYm91dCAyIG1ldGVycyBoaWdoIGhhbmQtcGFpbnRlZCBieSB0aGUgbWFzdGVyIGRlY29yYXRvcnMgb2YgQ2VyYW1pY2EgRnJhbmNlc2NvIERlIE1haW8gYXJlIG9uIGRpc3BsYXkgYXQgdGhlIE1vbnVtZW50aSBleGhpYml0aW9uIGJ5IExpdSBKaWFuaHVhICBmb3IgdGhlIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIgRm91bmRhdGlvbiwgTmFwbGVzLiJ9eyJpdCI6IjIzIHN0cnV0dHVyZSBtb251bWVudGFsaSBhbHRlIGNpcmNhIDIgbWV0cmkgaW4gY2VyYW1pY2EgcGVubmVsbGF0YSBhIG1hbm8gZGFpIG1hZXN0cmkgZGVjb3JhdG9yaSBkZWxsYSBGcmFuY2VzY28gRGUgTWFpbyBuZWxsYSBtb3N0cmEgTW9udW1lbnRpIGRpIExpdSBKaWFuaHVhLCBGb25kYXppb25lIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIsIE5hcG9saS4iLCJlbiI6IjIzIG1vbnVtZW50YWwgc3RydWN0dXJlcyBhYm91dCAyIG1ldGVycyBoaWdoIGhhbmQtcGFpbnRlZCBieSB0aGUgbWFzdGVyIGRlY29yYXRvcnMgb2YgQ2VyYW1pY2EgRnJhbmNlc2NvIERlIE1haW8gYXJlIG9uIGRpc3BsYXkgYXQgdGhlIE1vbnVtZW50aSBleGhpYml0aW9uIGJ5IExpdSBKaWFuaHVhICBmb3IgdGhlIE1hZGUgaW4gQ2xvaXN0ZXIgRm91bmRhdGlvbiwgTmFwbGVzLiJ9

Monuments. 23 structures monumentales hautes d’environ 2 mètres comme de grands socles en céramique peinte à la main par les maitres décorateurs de la Céramique Francesco De Maio, et sur lesquels reposent des sculptures de migrants venant de toutes les parties du monde et qui maintenant vivent et travaillent à Naples. Au centre du cloître, une sculpture en papier mâché représente une mère et sa fille. Sculptures à taille humaine qui représentent des personnes authentiques et toutes réalisées par l’artisan Carlo Nappi, expert du travail sur papier mâché qui unit le territoire de la Campanie à la Chine.

Les bases du monument sont en céramique monochrome recouverte de faïences 13x13cm. Chaque côté a une couleur différente pour un total de 92 teintes : orange, azur, bleu, jaune, gris, lilas, noir, rouge, vert, violet, et ainsi de suite. Des colonnes comme de majestueuses mosaïques antiques souvent utilisées dans la Naples du 18ème siècle pour orner les églises antiques et les demeures privées des nobles et ainsi déclinées par l’artiste en éléments décoratifs comme symbole de la noblesse en soutien à une société indigente. “La production et l’usage de carreaux de céramique à Naples – dit Liu Jianhua – a une longue et riche histoire. Nous pouvons encore voir certaines de ces fantastiques décorations à Pompéi. J’espère continuer cette extraordinaire histoire avec Monuments et de renverser l’image stéréotype du monument". 

Tout autour de l’installation, 2 000 fleurs de porcelaine blanche de Capodimonte dont la délicatesse évoque la fragilité de la vie des migrants, réalisées par l’artiste dans l’atelier de l’artisan Pasquale De Palma et ensuite produites par les étudiants et maitres céramistes de l’Istituto ad Indirizzo Raro della Ceramica e della Porcellana Caselli – De Sanctis, successeurs de la tradition artisanale de la Royale Fabrique de la Porcelaine de Capodimonte.

À marquer encore plus l’intention de Liu Jianhan à rendre vivants ses Monuments est le choix d’ouvrir l’exposition avec une performance le 7 décembre, durant laquelle seront les migrants eux-mêmes à monter sur les colonnes.

Monuments est le fruit d’une rencontre et d’une relation – comme cela arrive dans la communauté lors d’une émigration – entre l’artiste et le quartier populaire et multi-ethnique de Porta Capuana, où durant un séjour en janvier 2018, Liu Jianhua est entré en contact avec les migrants qui habitent et hybrident culturellement depuis des années le quartier, et avec les artisans locaux de la céramique et du papier-mâché.

De ce point de départ, une exposition qui est en soi une contamination, comme le thème qui laisse une marque: des corps vivants et des corps en papier-mâché, vidéos et performances, thèmes sociaux et privés, culture orientale et locale se recoupent générant une invasion de vies et souvenirs qui traversent l’intégralité de l’espace de l’exposition. Dans le dos des “Monuments", une vidéo ou sont montées ensemble les histoires et les souvenirs de ces hommes et femmes, qui ne sont pas seulement objets de l’œuvre, mais des sujets dont l’artiste a voulu montrer visages et voix à travers l’écran.

Le double fil qui noue l’art à des thèmes sociaux fait de Monuments une œuvre fortement liée aux objectifs et à la mission de la Fondation Made in Cloister, pleinement partagé par la Céramique Francesco De Maio: contaminer la culture, régénérer les lieux, faire de l’art un instrument de transformation sociale.

«Nous sommes fiers de soutenir la réalisation de Monuments, piédestaux pour des corps et, pour la première fois, un artiste comme Liu Jianhua les a rendus protagonistes en leurs donnant visages et voix – dit Patrizia Famiglietti, directrice artistique de la Céramique Francesco De Maio. Lors de ma première rencontre avec Liu Jianhua, il me raconta qu’il ne connaissait de Naples que Pompéi et le football, mais il aura certainement eu la possibilité durant son séjour, de la connaitre et d’apprécier, comme l’exprime la fameuse chanson de Pino Daniele, ses 1 000 couleurs. Rapporter en céramique toutes les couleurs de cette authentique Naples n’a pas été facile. Mais la composante humaine de nos réalisations a largement contribué à réaliser les 92 nuances peintes à la main par nos maitres décorateurs».

CeramicaFrancescoDeMaio
Create Website with flazio.com | Free and Easy Website Builder